Conseils

L’impuissance psychologique est la cause de 90% des dysfonctions érectiles

467Vues

Par Fabrizio Innocenti et Alphonse Langueduc

L’impuissance psychologique est la plus insidieuse des dysfonctions érectiles. La préoccupation est sa cause principale. Libérez-vous des préoccupations et vous vous libérerez de la plupart de vos problèmes de virilité.

La science a démontré depuis bien longtemps que dans la très grande majorité des problèmes de dysfonction érectile les composantes psychologiques influent lourdement, au point d’être souvent les seules responsables. Même quand il existe des causes physiques réelles, les facteurs psychologiques peuvent peser sur le problème avec une incidence jusqu’à 30%.

Avant de poursuivre dans notre exposition il faut éclaircir un point très important. Il est extrêmement rare qu’une dysfonction érectile soit totale. 99% des problèmes présentent un mauvais fonctionnement de l’appareil érectile qui n’influe que partiellement sur le résultat. En d’autres termes, une dysfonction est partielle dans 99% des cas. Sinon il serait inexplicable le fait que des médicaments comme le Viagra fonctionnent presque toujours (peu importe la cause de la dysfonction). De tels médicaments contribuent à améliorer les performances sexuelles et seulement en cas de dommages ou de lésions très graves ils ne sont pas prescrits. Si les pilules de la puissance sont aussi répandues et elles ont un aussi haut taux de succès, c’est parce qu’elles améliorent au maximum un fonctionnement qui peut être défectueux jusqu’à un certain point, mais jamais à 100%.

Généralement, la plupart de ceux qui ont des problèmes érectiles parviennent à avoir des érections dans des circonstances déterminées ou favorables, ils ont peut-être besoin de plus de temps ou ils y arrivent mieux quand ils sont seuls, ou encore juste dans des occasions déterminées. Dans ces cas (qui constituent la plupart des cas), si l’anxiété de la performance et les préoccupations n’entraient pas en jeu, le problème aurait une incidence beaucoup plus moindre et ces individus auraient des érections beaucoup plus facilement.

Dans certains cas on arrive à obtenir l’érection, mais on la perd rapidement. Ce problème aussi est très variable et il ne dépend pas toujours d’une fuite veineuse, qui n’est jamais non plus totale à 100%, car les pilules de la virilité résolvent ce problème aussi, qui dépend parfois de préoccupations, de fatigue ou d’états d’esprit inappropriés et pas toujours d’un problème spécifique et localisé.

Les problèmes psychologiques sont au centre de tous les problèmes érectiles, donc il est vital de réussir à les vaincre, ceci n’est pas toujours facile et peut demander une auto-préparation qui sera possible seulement à travers l’effort conscient et actif de l’intéressé.

L’anxiété de performance n’est autre chose que la préoccupation de ne pas réussir à avoir une érection. Cette préoccupation comporte l’émission de pensées négatives qui influencent à niveau physique le résultat de ce que nous sommes en train de faire, en nous distrayant complètement. Commençons à analyser ces composantes plus dans le détail en ralentissant sur la plus importante de ces dernières, la préoccupation.

Selon Dale Carnegie1, spécialiste sur le sujet, la préoccupation est l’un des plus grands problèmes de l’humanité et il est responsable du fait que chaque année, plus de la moitié des lits d’hôpital sont occupés par des gens avec des maladies nerveuses ou émotionnelles. La préoccupation incrémente le stress et l’anxiété autour de problèmes qui ne peuvent être résolus immédiatement et qui comportent des solutions dont les données sont encore incertaines. Donc, on crée un cercle vicieux où nous nous laissons consommer par une anxiété inutile qui nous empêche de faire ou de vivre les choses correctement. Et, finalement, la préoccupation détruit notre capacité de concentration, en influençant négativement notre façon d’être et de répondre de façon aussi bien consciente qu’inconsciente.

Il est évidement que la dysfonction érectile est un exemple de comment la préoccupation peut transformer une expérience qui devrait être agréable en un mauvais moment. Une des méthodes pour vaincre la préoccupation est celle de se concentrer uniquement sur les problèmes qui sont à notre portée, aussi bien en termes physiques que de temps. Toujours selon Carnegie, le pain d’aujourd’hui est le seul pain qu’on peut manger et le demain aura son de ses propres problèmes.

Ce genre d’anxiétés et de préoccupations ont beaucoup de rapport aussi avec la sphère sexuelle. La première chose à faire pour vaincre les problèmes érectiles est de ne plus s’en préoccuper. Encore mieux, au lieu de penser à votre capacité de réussir, pensez plutôt à comment vous jouisserez, à ce que vous ferez et à ce qu’on vous fera. En somme, concentrez-vous sur votre partenaire et pas sur vos érections.

Quand nous cherchons de ne pas nous préoccuper de quelque chose et nous n’y parviendrons pas, la chose la meilleure à faire est déplacer notre centre d’attention à autre chose. Dans ce cas, il s’agit une fois de plus de penser en positif. Pensez au plaisir que vous aurez, à combien vous vous sentirez bien, essayez d’amplifier vos fantasmes et rêvez des choses que vous n’avez jamais faites ou que vous avez trouvées mémorables.

Ceci demande une discipline et un travail de votre part, il n’est pas toujours facile de dominer son esprit et surtout ses émotions, c’est comme se préparer pour un examen, certaines personnes se font prendre de l’anxiété et paniquent. Si ces personnes changeaient leur cadre mental et s’imaginaient dans une situation de succès, si elles se concentraient sur leurs points forts au lieu que sur les faibles, elles obtiendraient tout autre résultat!

Tout succès ou triomphe dans la vie implique plus ou moins la maîtrise de soi-même. Il faut apprendre à se dominer peu à peu, aussi bien dans les rapports sexuels que dans toute autre chose. En récapitulant, quand nous nous préparons à un rapport, nous devons:

  1. Ne pas nous préoccuper de nos érections.
  2. Au lieu de penser au résultat, pensez au plaisir qui vous attends dans chaque moment du voyange.
  3. Au lieu de penser à votre performance, pensez plutôt à donner du plaisir à votre partenaire.

Il faut, en outre, prendre en compte la situation. Dans certains cas, nos performances n’ont aucune importance. Dans d’autres situations, un manque d’érection pourrait nuire notre réputation. Si c’est ainsi, si votre performance a une importance aussi critique, il est préférable que vous preniez du Viagra. De plus, la première fois est normalement la plus préoccupante du point de vue émotionnel. Si la première fois réussit sans problème, ce n’est pas aussi grave si votre érection fait défaut la deuxième fois: vous avez déjà démontré votre virilité, donc après la première fois ce n’est pas aussi stressant du point de vue psychologique.

N’importe qui peut manquer une érection à un moment donné, c’est normal. Une personne habituée à coucher avec vous et qui est restée satisfaite en d’autres occasions ne s’inquiétera pas autant si vous échouez une fois. Votre réputation est donc préservée.

Au lieu d’utiliser la pilule de la puissance tout le temps comme si c’était un vice (le Viagra crée accoutumance, de plus il engendre une dépendance psychologique), le mieux c’est être en condition de savoir doser l’usage des médicaments de façon rationnelle et vous en servir seulement dans des situations désespérées. Seulement ainsi vous contribuez à venir à bout de votre préoccupation en rapport à l’anxiété de performance et, en même temps, éviter la dépendance psychologique des médicaments.

Fabrizio Innocenti et Alphonse Langueduc

==============================
(1) Dale Carnegie, “Comment supprimer les préoccupations et jouir de la vie”. {retour en haut}
——————————